Troisième partie

III. Le rôle des médias pendant le 11 septembre 2001

            A. Les médias aux Etats-Unis.

Les médias américains relatent les évènements du 11 septembre 2001 en boucle sur les chaines, radio et journaux pendant plusieurs jours après les attentats. Les médias ont proposé comme contenu que du factuel et non des analyses de l’évènement. Ils n’ont pas essayé de comprendre ce qui avait pu se passer. Les Américains se sentent trahis par la presse qu’ils considèrent normalement libre et comme le 4 ème pouvoir. La presse se serait retrouvée prise au piège par le patriotisme envers les Etats-Unis. Si elle trouvait quelque chose à dire contre le pays se serait une forme d’apologie du terrorisme ou de soutien envers les responsables. La population pense que les médias ont été censuré par le gouvernement et qu’ils n’ont pas dit la vérité. L’Etat américains a sa part de responsabilité pour la population.

La déclaration de George W Bush le 20 septembre 2001 « Vous êtes avec nous, ou vous êtes avec les terroristes. » C’est cette déclaration qui aurait peut-être empêché les médias de faire leur travail.

Le cœur de la capitale de la nation a été plongé ce matin dans un état de peur et de confusion, avec des rumeurs d’explosions dans toute la ville et des milliers de personnes piégées dans le trafic encombré.  (..) [1]   

Par Joel Achenbach Washington Post Staff Writer Mardi 11 septembre 2001, 14 h 02.

Dans les premières heures après les attentats les rédactions ne savent pas vraiment ce qui se passe comme le montre cet article du Washington Post.  De fausses rumeurs circulent un peu partout et sont relayées par les médias. Il faudra attendre jusqu’à la fin de la journée pour que les Américains démêlent le vrai du faux. Beaucoup d’articles juste écris après les attentats ont été retirer de la toile, trop d’erreurs et de fausses informations. De nouveaux articles avec des informations vérifiées arriveront plus tard.

car

avec nous ou contre nous

B. Les médias dans le monde

Certains Pays ont peur de voir ces attentats se répéter chez eux comme en Argentine par exemple. Le journaliste, Rosendo Fraga publie dans le journal de Buenos Aires, La nación le 12 septembre 2001, ces quelques phrases qui peuvent paraitres étonnantes de notre point de vue.

pano

différentes Unes dans le monde 

 

« De tous les pays de l’Amérique latine, l’Argentine mais celui qui risque le plus d’être la cible d’actions terroristes. C’est en effet le seul pays de la région à avoir subi de grands attentats. Dans les années 90 en 1992 contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, en 1994 contre le siège de l’association Mutuelle israélite d’Argentine, ou plus de 100 personnes trouvèrent la mort. 9 ans après le premier attentat l’enquête piétine toujours et le procès d’un suspect arrêté après le second attentat est dans l’impasse. On sait uniquement que le groupe terroriste n’aurais pas pu agir sans l’appui de diplomates et sympathisants libanais à la frontière Entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay. L’Argentine se trouve être la cible privilégiée du terrorisme islamiste pour deux raisons d’abord, elle abrite la troisième communauté juive du monde, plus de 300.000 personnes. Ensuite, c’est le pays de la région le plus étroitement allié aux États-Unis toujours prêt à s’engager aux côtés de Washington en cas de nécessité. A l’annonce du drame les quelques 100 institutions juives de la capitale dont 50 écoles ont fermé jusqu’à nouvel ordre. »

 

En Russie par exemple le journal Izvestia

« La tragédie qui s’est déroulée aux Etats-Unis change la donne de la politique internationale. Le “milliard en or” (les occidentaux) se trouve menacé par un nouveau partage du monde, non pas géographique, comme il y a un siècle, non pas politique, comme il y a un demi-siècle, mais d’un autre genre : il s’agit d’une tentative d’établir un ordre mondial fondé sur le fondamentalisme islamique et le refus combattant des autres races, des autres religions, des autres peuples. La négation d’une autre loi que la sienne, impitoyable et unique. La diplomatie se trouve du jour au lendemain contrainte de changer ses principes et ses approches. Et, dans ces changements, la Russie peut jouer un rôle non négligeable. (…)
A présent, les seules victimes du terrorisme ne sont plus la lointaine Russie, le petit Etat d’Israël ou certains pays exotiques et incompréhensibles de l’Asie centrale postsoviétique. Par ailleurs, le monde occidental favorisé qui, mardi, a cessé de l’être aura beaucoup plus de mal à reprocher à Moscou de ne pas respecter les droits de l’homme en Tchétchénie, d’aller trop loin dans la lutte antiterroriste et de tarder à appliquer les accords d’Istanbul sur l’évacuation des bases militaires russes des territoires d’Etats de la CEI.
(…)
Svetiana Barbaïeva, Izvestia Moscou 12 septembre 2001.

 

 

                          1. Les dérives du traitement de l’information du 11 septembre

Les attentats du 11 septembre 2001 ont semé le doute chez certaines personnes.  Beaucoup d’entre elles parlent de théorie du complot.  La toile est envahie de théorie du complot même 16 ans après les attentats. Comme quoi les Etats-Unis auraient eux même créé ces attentats. Beaucoup de politiques aux Etats-Unis relayent ces théories ce qui renforcent le doute parmi les Américains. Même Donald Trump l’actuel président des Etats-Unis a dit lors de sa campagne présidentielle que lorsqu’il serait président il révèlera « les noms des véritables coupables des attentats ». Mais depuis le début de son mandat il n’en est rien.

L’objectif des complotistes est de révéler au grand jour la vérité sur les attentats du 11 septembre. La plupart des théoriciens du complot étaient connus comme tel avant les attentats. Mais avec une vague de nouveaux théoriciens dans le domaine après les attentats cela n’a fait qu’amplifier ce phénomène et renforcer le doute dans l’opinion publique.

fou

Des personnes manifestants pour la “vérité” sur les attentats. 

 

Il existe encore beaucoup de théories même après mise au point des autorités mais beaucoup de personnes refusent de croire le gouvernement et les résultats d’enquêtes.

En 2017 beaucoup de personnes croient encore en ces théorie et la plus populaire en ce moment et colporté par « The great america PSY OPERA », pour eux il n’y aurait jamais eu d’avion. Les images auraient été fabriquées de toute pièce plusieurs mois avant est ensuite ajoutés aux images en direct à l’aide de calques. Les avions auraient été en images de synthèses et les explosions elles bien réelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion 

Les attentats du 11 septembre 2001 ont pris les Etats-Unis et le monde par surprise. Pourtant, ils trouvent leurs origines dans le rejet la domination exercée par la première puissance économique, politique et militaire. Celle-ci a depuis longtemps privilégié ses intérêts et ceux de ses multinationales à ceux des peuples des autres Etats. Alors même que les Etats-Unis portent un message de paix, de progrès et de foi en la démocratie, ils ont à de nombreuses reprises été amené à protéger des dictateurs qui servaient leurs intérêts, voir à intervenir plus ou moins directement pour redessiner la carte du monde selon leur vision. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le soutien inconditionnel à Israël et la politique menée au Moyen-Orient contre la révolution Iranienne, ainsi que les errements de l’administration de G. W. Bush ont renforcé la crédibilité d’un complot occidental contre le monde musulman. C’est sur ce terreau fertile que se sont créées des organisations aussi radicales qu’Al Qaida, et plus récemment l’Etat Islamique.

Les attentats du 11 septembre ont créé un choc, ils auraient même pu conduire à une panique boursière qui aurait pu plonger le monde dans une crise économique sans précédent, avec un vrai ralentissement des échanges causé par la psychose d’autres attentats. En fait, ils ont eu un effet inverse : la guerre au terrorisme lancée par le gouvernement américain a finalement relancé l’économie américaine…

Le bilan humain et matériel a été très lourd, mais plus encore, il a ouvert une période de doute pour les Etats-Unis et initié une profonde réflexion sur leur vulnérabilité sur leur propre sol. Les conséquences les plus importantes sont les deux guerres qui découlent directement des attentats. La première en Afghanistan pour traquer les terroristes et la seconde en Irak pour « détruire les armes de destruction massives » qui auraient pu tomber entre de mauvaises mains… Ces deux guerres sont très meurtrières et onéreuses pour les Etats-Unis aujourd’hui encore, aussi bien sur le plan financier que sur le plan politique. D’abord présentée comme juste et validée par la communauté internationale, l’action militaire des Etats-Unis avec l’intervention en Irak   finit par être contestée, y compris par des alliés fidèles comme la France et l’Allemagne. Elle entraîne la chute de Saddam Hussein, mais la mise en place d’un gouvernement majoritairement chiite, et donc non représentatif de la majorité sunnite des Irakiens, aboutit au final à favoriser l’émergence d’ennemis bien plus actifs que les membres d’Al Qaïda. De nombreux attentats sont perpétrés dans le monde entier dans les années qui suivent…

Les médias dans la couverture des attentats du 11 septembre ont été majoritairement au service de l’action du gouvernement américain. Ils ont relaté au jour le jour, heure par heure, minute par minute les événements. Il faut dire que ceux-ci coïncident avec l’affirmation des médias d’information continue, qui ont besoin d’images pour commenter, avant même que les faits soient solidement établis. Pendant la guerre du Golfe, l’armée américaine fournit des images rares soigneusement choisies et reprises par les médias. On n’est pas loin d’une forme de propagande relayée par les médias indépendants du gouvernement. Les médias américains, majoritairement paralysés par le réflexe patriotique ne remettent pas ou très peu en cause les actions de leur gouvernement, laissant même mettre en péril les droits et libertés essentiels du citoyen, qui peut maintenant être surveillé jusque dans son intimité au nom de la sécurité nationale.

Les attentats du 11 septembre marquent donc bien une rupture dans le traitement de l’information.  Faut-il opposer une presse écrite qui est souvent plus attachée à la qualité et à la profondeur de l’information et des médias de télévision qui privilégient le format court, plus facile à diffuser, mais aussi bien moins polémique ?

Ces attentats ont donc bouleversé les Etats-Unis dans de nombreux domaines, on peut se demander si l’élection de Donald Trump n’est pas elle aussi une conséquence de ce choc.

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s